Saturday, August 30, 2008

Le sadisme, la brutalité et autres passe-temps familiaux

Une (demi-)fiction cathartique.

***

Le grand problème de Fille Aînée, c'est qu'elle n'arrive pas à s'adapter à notre époque.

Elle est contre la barbarie, vous vous imaginez? Et ça peut vraiment devenir emmerdant.

Exemple: Je veux que Bébé termine son assiette de crevettes. Que faire? Moi, j'en prends une entre mes doigts, je la fais frétiller gaillardement, je prends une voix de crevette et je dis: "Non, non Madame, ne me mangez paaaaas! J'ai une femme et des enfants! Pitié, je vous en prie, piti-" et gloups! Je l'avale. Bébé, qui est une créature bien en harmonie avec notre ère dégénérée, rigole et avale le reste de ses crevettes en étouffant leurs cris de protestation par des "z'a besoin! z'a le D'OIT!" bien sentis.

En fait, Bébé aimerait bien que nous allions pêcher nous-mêmes nos crevettes. Au bazooka. En nous curant les dents avec un sabre japonais. Et en souillant la faune et la flore marines de nos râclures de gorge bilieuses et de nos pipis corrosifs. Pour vous dire toute la vérité, la réputation de Bébé est telle qu'il y a McCain qui a appelé à la maison pour savoir si elle voulait être son V.P. Mais quand Bébé a appris que les États-Unis étaient encore une stupide démocratie et non une tyrannie pleine de potentiel, elle a refusé.

Bref, avec Bébé, cuire les crevettes n'est qu'un prélude à leur torture psychologique. De l'amusement normal et hygiénique, quoi.

Mais, allez savoir pourquoi, Fille Aînée regimbe. Fille Aînée, elle, aimerait mettre au point une potion magique de vie pour faire ressusciter les crevettes grillées -- z'imaginez les maux de ventre.

Mère indigne tendant une crevette artificiellement frétillante à Bébé -- 'Oh, non, Madame, je vous en prie! Ne me mangez pas!'

Bébé -- Ha, ha! (Gloups!)

Fille Aînée -- Maman.

Mère indigne -- 'Songez à mes enfants, qui deviendront orphelins et n'auront plus personne à blâmer pour leurs malheurs!'

Bébé -- Hi, hi! (Croque!)

Fille Aînée -- Maman...

Mère indigne -- 'Songez que je n'ai pas encore fait mon pèlerinage à la faille de San Andreas, moi qui l'avais promis à ma pauvre mère avant que le gros requin la rattrape!'

Bébé -- Ho, ho! (Crounche!)

Fille Aînée -- Maman!!

Mère indigne -- 'Songez en outre que je viens de me refaire faire la poitrine à prix d'or et que mon mari n'a même pas encore pu en profiter! Pauvre crevette que je suis, mon sort est bien douloureux!'

Bébé -- Qu'est-ce qu'on se marre ici, saperlotte de cornegidouille! (Slurp!)

Fille Aînée -- Maman, arrête! Tu sais que je déteste quand tu fais ce genre de blagues.

Mère indigne -- Écoute, chérie, ce n'est pas que je n'en suis pas consciente. Mais il faudra que tu t'adaptes à une dure réalité: l'estomac de ta soeur est plus important que ta belle sensibilité. Pas mal plus, je dirais.

Fille Aînée, insultée, dit ce qu'il ne fallait pas dire -- Moi, en tout cas, je ne ferai jamais ça à mes enfants. C'est vraiment, euh, pas bien.

Le regard de Mère indigne se transforme alors sous vos yeux effarés mais éblouis: il devient froid. Sévère. Impénétrable. Reptilien.

Pas content.

Ça va mal se passer, mes tout-petits. Vous le sentez. Vous avez raison.

(En même temps, c'est ici que la fiction cathartique commence. Autrement dit, je me défoule en vous racontant du pas vrai. Z'a besoin, z'a le d'oit.)

Mère indigne -- Laisse-moi te raconter une merveilleuse histoire, chérie. L'histoire de ta conception. Comme tu le sais peut-être (je ne sais pas où vous en êtes avec ce récit dans la cour d'école, mais je prends pour acquis que, hein), tu es composée à moitié de l'ovule de maman, qui ressemblait à un grand soleil magnifique, et du spermatozoïde de papa, qui avait une gueule de petit têtard hargneux.

Fille Aînée -- Un têtard, hin hin...

Bébé, introspective -- On peut le...?

Mère indigne -- Non. Mais oui, un têtard. Hargneux. Et ta moitié têtard a dû se dépêcher, aller très très vite pour rejoindre ta moitié soleil. Parce que tu n'étais pas toute seule, mon amour. Ôôôôô que non. Vous étiez plus de deux cent cinquante millions à faire le sprint de l'amour. Deux cent cinquante millions. Plus de 62 millions de fois la population de notre maison. C'était la course, chérie. À fond la caisse.

Fille Aînée, impressionnée -- Et c'est moi qui ai gagné?

Mère indigne -- Oui, tu as gagné la course. Mais tu dois savoir que cette course, c'était aussi une course contre la MORT.

Fille Aînée -- (Cligne, cligne.)

Mère indigne -- Parce que tu sais ce qui est arrivé quand tu as touché le soleil en premier? Quand tu as crié "Hourra! J'ai gagné! Z'êtes nuls, les mecs!"? Tu sais ce qui s'est passé?

Fille Aînée -- N... non?

Mère indigne -- Les autres, ils sont tous morts. Tu comprends? Morts. Morts.

Bébé, réjouie -- Hou, hou!

Fille Aînée écarquille les yeux. On peut y lire l'incertitude ("ma mère est quand même susceptible d'exagérer...") mais aussi l'horreur ("...quoique peut-être pas").

Mère indigne -- Au cas où tu entendrais cette expression, le "péché originel", ben c'est ça. Tu avais du sang sur les mains alors que tu n'avais même pas encore de mains. Et même pas encore de sang, en fait.

Silence.

Mère indigne -- Alors j'aimerais vraiment que tu te souviennes, ma chérie, que quand ta mère bouffe une crevette, elle n'en tue pas 250 millions en même temps, elle.

Fille Aînée baisse la tête, repousse son assiette et descend dans sa chambre. Du sous-sol, on entend vaguement Queen chanter "Love Kills".

Père indigne -- C'était vache. Et c'était même pas une bonne analogie.

Mère indigne laisse poindre un rictus satisfait.

Fille Aînée, au loin -- Un jour, je la mettrai au point, cette potion magique! Et toutes les crevettes que vous avez mangées reviendront vous hanter!

Mère indigne, sans pitié -- Tu pourras PAS! Pour ta potion, ça va te prendre des yeux de grenouilles et des ailes de chauve-souris, et t'oseras PAS leur faire du mal! Na-na-nèreuh!

***

Plus tard, cette nuit-là, j'ai rêvé que 250 millions de crevettes me menaçaient avec leurs bazookas, en souillant mon lit de leurs crachats bilieux et de leurs pipis corrosifs. En me réveillant, j'ai dû me précipiter à la salle de bain.

Grosse indigestion.

Mais ça n'était sûrement qu'une coïncidence.

21 comments:

Blüblü said...

miam!
encore!
(je precise que je suis vegetarienne et,de toute manière, allergique aux crevettes).

Syven said...

Ah ah ah ! Je suis bien contente que le haricot applaudisse quand je lui montre une vache et que je lui dis viande !
:D

Akä said...

Mère indigne, vous savez qu'on ne devient mère qu'après avoir été fille... Les crevettes cauchemardesques, ce ne serait pas plutôt les têtards que vous avez ''coiffés au poteau''?

Dites, pour une maudite française ignorante: un V.P., c'est un Vice Président, pas un véhicule particulier?

Caroline said...

blüblü: alors je comprends que vous voulez d'autres textes? Vous en aurez! ;-)

syven: Grande question: doit-on avoir pitié ou non des animaux qu'on va tout de même bouffer dans l'allégresse? Hum. Trop grande question. Laissons ça à d'autres... ;-)

Akä: je me demandais si un lecteur me remettrait sous le nez ma propre conception... Ça ne s'est pas fait attendre, bravo! ;-)

nonolerobot said...

tu es absolument monstrueuse!

Caroline said...

nonlerobot: monstrueuse, monstrueuse... Faut bien leur montrer les côtés les plus rudes de la vie, à ces pauvres petits, sinon, ils vont être super démunis plus tard. (Et de toute manière, Fille Aînée n'est pas si délicate que ça, on va y renevir...). ;-)

ophise said...

Euh oui si on pouvait revenir sur la carapace de Fille ainée ça rassurerait les lectrices inquietes pour sa santé mentale future (nan mais franchement MI : elle a sur les mains 250 millions de morts ???????? zallez faire la fortune des psys rhoooo !!!!)

Caroline said...

Ophise: moui, bon, faut pas croire tout ce qu'on lit... Je pense que je n'y ai pas été aussi fort que ça dans les faits... même si ça me démangeait... ;-)

Dodinette said...

tu n'y as pas été aussi fort dans les faits ??
dans les faits ?

mais je croyais... que c'était une fiction cathartique ??

damned, encore des mots trop compliqués que je n'ai pas compris... ;)

Olivier said...

Ah ah, j'ai bien aimé l'irruption de la politique internationale, sous la forme du républicain de service ! Faut dire qu'avec Bébé à sa tête, l'Amérique aurait envahi l'Afghanistan, l'Irak et deux ou trois autre pays sans faire de chichis, et les armes de destruction massive auraient été pas mal plus crédibles !

Mais j'y pense, n'est-il pas temps de donner à Bébé un patronyme plus mature, genre Fille Cadette, ou Terrible-Three. Ou Crevette Messante ?

Caroline said...

Dodinette: Dans les *faits*, c'est une demi-fiction (d'ailleurs, j'ai refait le sous-titre en votre honneur ;-)). Rarement aura-t-on vu un texte aussi moitié-vrai et moitié-faux. Je me sens d'ailleurs passablement divisée sur la question. Tiens, je devrais aller une semaine dans le Sud en vacances, y'a sûrement une tornade qui me remettrait les idées en place. Et je n'exagère qu'à moitié. ;-)

Olivier: j'y ai pensé, mais... Bébé, c'est Bébé. Tsé, dans Dirty Dancing, la fille avait genre 17 ans et elle s'appelait Bébé. Même principe. ;-)

Acodero said...

Oh! oh!
je viens depuis un moment, je lis, je ris et je repars!
le péché originel vu comme çà!!!!!
très fort!
ce coup-ci je m aventurerai jusqu'à dire que Fille Aînée lors de sa conception à sauvé grâce à son soleil, un petit têtard hargneux!!
autrement serait mort de chez mort avec ses copains!
et pi j'ai de la sympathie pour fille ainée qui veut aussi mettre au point des potions magiques ..

Mona said...

C'est cruel mais c'est tellement vrai !
Roh hier soir je répondais en m'engluant à une question de fiston sur les serviettes hygiénique... J'aurais dû y aller plus franco, comme toi :D

dubreuil,maurice said...

Si la petite n'aime pas les crevettes (source de cholestérol...) pourquoi la forcer avec des histoires à faire peur à Stephen King ?
Ma blonde aurait mangé les crevettes de tout le monde en prétextant un manque de protéines subit...

plumevive said...

Yep, la question des serviettes hygièniques a déjà été abordée ici... l'année dernière... au détour d'un caddie plein... il n'avait que 7 ans... ouiiiiiiiiin

très drôle la chute, mais en vrai, hein ? en vrai, c'est passé quoi ?

Caroline said...

acodero: c'est vrai, non? On devrait parler du miracle de la vie en même temps que du péché originel... ;-)

maurice: elle aime les crevettes, mais elle veut tout contrôler... Si on mange, ça suffit pour qu'elle se rebelle... ;-) Mais par ailleurs, je ne suis pas du tout du genre à forcer qui que ce soit à finir son assiette (pour les mêmes raisons que votre blonde, je suspecte... ;-))

mona: mon petit frère arrive dans la salle de bain quand il avait 5 ans, voit une serviette sanitaire usagée dans la poubelle, et s'écrie: IL Y A EU UN MEURTRE!!! On l'avait bien ri à l'époque. :-)

plumevive: en réalité réalité, là, ça arrive super souvent. Elle m'engueule même quand je fais des blagues sur le gazon qui souffre quand je le tonds. Je me contente sagement de rouler les yeux au ciel... (mais je recommence toujours, na! ;-))

MelD said...

J'adore que Bébé jure en empruntant les mots de Brassens!!

Solène said...
This comment has been removed by the author.
Solène said...

C'est fou ce qu'on a la créativité développée au deuxième enfant! Je suis certaine que je n'aurais même pas osé pensé à ce genre de trucs pour mon aînée! Mais là, j'ai l'impression de reconnaître quelques techniques douteuses mais fort efficaces dont j'use sans problème de conscience avec mon Bébé (qui a bientôt 3 ans et demi et qui est encore loin de perdre ce surnom alors que poulette était déjà une "grande" fille à 18 mois, ha!ha!), toujours en période de "J'ai besoin, je veux, là maintenant, tout de suite!"

Izabel said...

La solarité entre mères m'obligent à te féliciter :-) 1 -0 pour la mère !

Hummmm coincidence hein ? Elle a une poupée voodou fille aînée ?

Jhon said...

J'adore ! Ca fait un moment que j'étais plus venu lire, mais je vois que c'est toujours aussi chouette de te lire héhé