Saturday, September 06, 2008

Listes d'attentes

(Oui, oui, je sais, tant de billets en si peu de jours, vous en avez le tournis. Mais ces temps-ci, je ressens comme une frénésie d'écriture du type "moi l'a bezoin", et je n'ai jamais trop été du genre "self-contrôle". Dire que bientôt, je vais devoir faire de la rétention de blogue en vue de pouvoir mettre des inédits dans le tome II. Ça va être dur. Alors en attendant, prenez votre médicament favori contre le mal de mer et lisez!)

***

Telle Rate-des-Champs en visite chez sa copine glamour, Mère indigne sirote un Cosmo dans un bar du centre-ville avec son amie de toujours, Emmanuelle l’Antivierge. (Afin de respecter la pudibonderie et le puritanisme de bon goût qui animent ce blogue en permanence, nous appellerons cette dernière Emmanuelle tout court.)

Mère indigne, pressée d’en arriver au fait – Et sinon, les amours, ça va?

Emmanuelle – Ben, depuis que Pluton est parti

Mère indigne – Ah, oui, Pluton! Ton cinquième amant, si je ne m’abuse? Celui qui a lâchement abandonné votre relation non officielle et chaotique parce que, le traître, il a trouvé ailleurs le véritable amour?

Emmanuelle, manifestement toujours agacée – Hmffoui. Lui. Enfin, bref, depuis qu’il est parti, j’essaie de gérer la diversité comme je peux.

Mère indigne – Attends, attends, je ne comprends pas. T’as moins d’amants. En quoi est-ce que c’est plus difficile à gérer?

Emmanuelle – Eh bien, tu comprends, avec cinq amants, c’était parfait. Un par semaine, donc pas tout à fait une fois par mois chacun. Ça gardait une distance convenable, ça évitait un engagement trop lourd. Mais maintenant, avec quatre…

Mère indigne – … C’est chacun une fois par mois.

Emmanuelle – Voilà. Et "une fois par mois", ça fait moins occasionnel. Ça sonne plus… régulier, tu vois. Ça leur donne des idées romantiques, des ambitions.

Mère indigne – L’espoir horripilant d’une relation normale.

Emmanuelle, hochant la tête – C’est dur.

Mère indigne – Je vois… Euh, je dis ça comme ça, sans être experte en maths ni rien, mais… tu pourrais t’abstenir une semaine? Comme ça, abracadabra! Psychologiquement, ils en sont au même point qu’avant. Moins de stabilité, moins d’ambitions, moins de ce romantisme poisseux qui rendrait n’importe qui complètement dingue.

Emmanuelle – C’est très facile d’être sarcastique quand on ne vit pas soi-même ce genre de casse-tête. Et pour ta gouverne, oui, arrêter une semaine, j’y ai songé. Mais ça va être difficile. Mon work-out du jeudi soir…

Mère indigne – Quel drame. Mais l’autre solution, ce serait le remplacement. Pas d’autres météores à l’horizon?

Emmanuelle – Ben, c’est à dire que…

Mère indigne – Ah, ah…

Emmanuelle – Il y aurait bien un intéressé, mais le problème, c’est moi. Je ne suis pas certaine de l’être.

Mère indigne – Mon Dieu, qu’est-ce qu’il a? C’est un cul-de-jatte à deux têtes qui a mauvaise haleine? T’es pas si regardante, d’habitude.

Emmanuelle, levant les yeux au ciel – Nooon. C’est un ami, il est marié…

Mère indigne – Et…?

Emmanuelle – Et, et! Je ne sais pas, moi, je vieillis! Je commence à avoir des principes.

Mère indigne, avalant sa dernière gorgée de Cosmo – C’est drôle, moi, plus je vieillis et moins j’en ai.

Emmanuelle – En tout cas, pour le moment, ça ne m’intéresse pas vraiment. Mais je ne sais pas comment lui dire.

Mère indigne – T’es trop habituée à dire oui à tout. Une vraie Mère Térésa de la séduction. Quand on a des enfants, ça aide au moins pour ça. On apprend à dire non rapidement.

Emmanuelle – Et efficacement?

Mère indigne – Euh… hum. Oui, bien sûr. Quoi qu’il en soit, si tu veux, j’ai une réplique taillée sur mesure pour cette situation.

Emmanuelle – Tu me fais peur.

Mère indigne – Non, non, écoute, elle est excellente. "Je suis désolée, Rodrigue, mais comme il y a plusieurs intéressés, tu vas devoir t’inscrire sur ma liste d’attente. Et j’ai bien peur que ce soit comme dans les garderies : le temps que ton tour arrive, tu vas être trop vieux pour ce que je vais avoir à te proposer."

Emmanuelle – …

Mère indigne – Pis? C’est bon, hein?

Emmanuelle – C’est sûr que faire une métaphore de garderie à un fringuant soupirant, ça risque déjà de le refroidir.

Mère indigne – Voiiiilà. Y’a rien comme les conseils d’une maman pour nous guider dans la vie. Et parlant de ça, guide donc ta main vers ton portefeuille : tu me dois un drink.

17 comments:

ophise said...

MI c'est affreux : j'aperçois sur mon agrégateur ton billet, je me jette dessus en criant "ah non mais elle je l'adore !!!) et je finis écroulée mais taraudée : qu'est-ce donc qu'un Cosmo ???

PS : faire un commentaire d'adolescente idolatre à plus de 40 ans est certainement un des meilleurs effets secondaires de ta prose hihi

Caroline said...

Ophise! Encore la première! Non mais attendez, là, c'est moi qui m'extasie!! ;-)

Un Cosmopolitan, c'est un truc avec de la vodka, du triple sec, du jus de lime et de canneberge... je pense... En tout cas, c'est du bon. ;-)

Martin said...

"...Et j’ai bien peur que ce soit comme dans les garderies : le temps que ton tour arrive, tu vas être trop vieux pour ce que je vais avoir à te proposer."

Elle est excellente!

La métaphore de l'urgence serait aussi gagnante: "le temps que ton tour arrive... tu seras mort."

Quoique, c'est peut-être un peu trop radical.

Caroline said...

Martin: quand j'ai pensé à cette blague, je me suis dit: faut que je la place! Eh oui, j'ai écrit toute l'intro pour en arriver là... Et pour ce qui est de l'urgence, ça sonne effectivement un peu radical, mais je suis sûre qu'elle pourrait bien se placer dans une conversation elle aussi... ;-)

cinqcentsjours said...

Trop d'amants, pas assez
Trop de temps, pas pressée
Choisir, baiser, promettre
Éviter, baiser, mentir

La ronde qui continue. La plus vieille histoire du monde qui se répète. Mais cette fois, racontée d'une façon très habile...

À bientôt!

dubreuil,maurice said...

Ma blonde m'assure qu'il n'y a pas de femme qui ont cinq amants au Canada...Peut-être en France mais pas à Montréal; elle est catégorique.
Elle me recommande de ne plus lire «ce bloque porno».
Que faire ?

Caroline said...

cinqcentjours: Merci pour le joli quatrain, et à bientôt! :-)

maurice: votre blonde a tout compris. Mon blogue est effectivement porno, mais porno d'un genre science-fiction: en plus d'avoir 5 amants (utterly impossible, j'en conviens), bientôt, Emmanuelle en aura un sixième. Un martien. Lire ou ne plus lire? J'ai peur que la décision ne vous appartienne!

ropib said...

J'ai bloqué sur Rodrigue... ça m'a gaché le plaisir de la suite, cest nul. C'est de ma faute hein: quand je lis "Rodrigue" j'embraye illico sur le dialogue imaginaire
"Rodrigue, as-tu du coeur ?
- Non, j'ai du pique?"

Surveillez Père Indigne quand même... parce que bon l'identité de ce n°5 (un Chanel, une histoire de coquetterie encore) n'est pas connue.

Anonymous said...

D'un autre côté, on y retourne toujours à la garderie. En couche et en bavoir, le cosmo en soluté et la chaise berçante langoureuse.

Cheers à Emmanuelle! J'attends beaucoup de sa gestion de crise!

Chroniques B.

Caroline said...

Ropib, OK, compris, je vais changer le nom. Mais il est probablement trop tard... Et mon Dieu, je n'avais pas réalisé pour Père indigne! Heureusement j'ai des lecteurs qui ont mes intérêts à coeur. ;-)

CB: Le cosmo en soluté... Faut-il vraiment attendre pour ça?

Blüblü said...

Emmanuelle devrait peut etre changé de galaxie. Connait elle l'existence des trous noirs?

Caroline said...

blüblü: Pauvre Emmanuelle. Me semble que le dernier film du même nom s'appelait "Emmanuelle dans l'espace"; avait-elle compris?? ;-)

Syven said...

J'espère que vous avez eu le drink pour la peine. :D

Moukmouk said...

La fidélité est mère de la morosité, Je sais bien que la maternité est un inhibiteur de la libido, mais si je compte bien cela veut dire que la pauvre Emmanuelle ne baise que 5 fois par mois? et qu'on considère cela comme un exploit? qu'elle triste vie.

Mona said...

D'ac avec moukmouk, Emmanuelle finalement, elle a les stats d'une femme mariée niveau coïts nan ?

(enfin je parle pr les autres femmes mariées.... evidement........)

Caroline said...

moukmouk: maternité inhibiteur de libido, ça dépend. Je dirais que les 2 premières années sont les plus difficiles. Peut-être aussi après, quand ils deviennent ados et ne sont plus couchables? On verra. Sinon, Mona et vous avez raison: statistiquement, Emmanuelle n'est pas si hot. Mais la variété, tout de même! ;-)

syven: pas d'inquiétude pour ça! ;-)

Thomas said...

Il faudrait parler à Emmmanuelle de la règle de trois de Kundera, c'est précisément la martingale adaptée pour son petit souci organisationnel...