Tuesday, January 29, 2008

Échec et maths

Les filles, faut que je vous raconte.

Quand j'ai été au dépanneur l'autre soir, je me suis fait outrageusement draguer. Et pas par n'importe qui, hein! Par un membre de l'espèce sauvage communément appelée "les petits jeunes". Incroyable, hein? Le machin, là, derrière le comptoir, ça avait à peine 20 ans! Et ça me draguait, j'en suis sûre!

Comment je le sais, qu'il me draguait? Trop facile! Trop "faf", comme dirait Fille Aînée.

Il me tutoyait.

Si c'est pas la haute-voltige de la séduction, ça, mesdames, je ne sais pas ce que c'est.

Non mais, c'est vrai. Tout le monde le sait. Avant trente ans, on a besoin d'un paquet de flas flas pour comprendre que ces messieurs, si timides, si réservés, nous feraient bien une place dans leur coeur à côté du dernier modèle d'iPod. Ça nous prend des regards sulfureux mais pas trop, des jeux de genoux éloquents mais juste assez; parfois même, on exige de la conversation. Fariboles! Carabistouilles!

Après trente ans, on devient beaucoup plus désesp-- avisées. D'entrée de jeu, on comprend que le tutoiement, loin d'être un banal choix de langage, signifie "je te considère comme mon égale, l'âge n'a pas d'importance, envolons-nous ensemble sur les ailes d'un transporteur aérien à rabais afin d'aller découvrir les méandres des paradis tropicaux ainsi que les nôtres, et tout cela, alcool inclus."

Alors quand le petit jeune m'a dit "Salut! Ça va-tu bien?", j'en avais déjà les jambes toutes ramollies.

Je me mis à arpenter les allées du dépanneur en fredonnant "Il était une fois nous deux". J'étais hypnotisée par les pots de mayonnaise, dans lesquels je voyais la crème solaire que nous glisserions dans nos bagages, moi et le petit jeune, afin de vivre sans insolation notre rêve fou.

C'est au moment de payer que les choses se sont gâchées. Je déposai mon Canada Dry et mes deux contenants de lait sur le comptoir, et le jeune me posa la question fatale:

Petit jeune -- T'as-tu la carte du CAA?

Remarquez le tutoiement doublé. Ah, ça, il y allait fort, le jeune homme. Il avait compris que la qualité, ça ne se négocie pas. Mais de mon côté, c'est là que j'ai commis ma première erreur. J'aurais dû comprendre que c'était une question purement rhétorique. Que la carte du CAA, y'a que les vieux qui en ont une. Que les femmes avec qui on rêve d'aller explorer l'Amazone en string ne possèdent pas de carte du CAA. "La carte du quoi?" aurais-je dû répondre avec dérision.

Mais non. J'ai choisi la voie de l'échec.

Moi -- Euh... Ça donne quoi, au juste, la carte du CAA?

Le petit jeune -- 2% de rabais sur les achats.

Il n'a pas dit "Un dérisoire 2% qui ne vaut pas le fait qu'en me présentant ta carte, tu deviendras à mes yeux, et à jamais, une vulgaire matante", mais de toute manière, ça n'aurait pas changé grand chose. Parce que moi, j'étais déjà en train de faire le calcul.

2% sur deux fois 3,25 plus 1,25, ça fait, euh... euh... Deux fois trois, six, plus 1, plus trois fois vingt-cinq, et là on parle de sous, alors... tralala, j'économise un peu plus de 8 sous. HUIT SOUS! Wow. Malade! J'ai réussi à faire le calcul!

Mon regard éclatant traduisait ma joie d'avoir vaincu la multiplication des pourcentages. Son regard méprisant traduisait le fait qu'il pensait que mon regard éclatant signifiait que je m'énervais pour même pas dix cennes.

Le reste ne fut qu'une suite d'erreurs tragiques. Les miennes.

Moi -- Oui, euh, c'est parce que, du lait, j'en achète souvent, c'est pour les enfants...

Sourcils froncés du commis qui ajoute quelques années à mon curriculum et qui, horreur, comprend que ce corps caché sous six couches de vêtements a servi à autre chose qu'à s'abandonner aux plaisirs débridés de la chair.

Moi -- Euh, en fait, c'est mon mari qui insiste pour qu'on aie la carte du CAA...

Regard inquisiteur du commis qui remarque mon alliance et qui s'imagine alors, j'en suis certaine, sa cliente debout sur une chaise, ridiculement hilare, en train de se faire arracher la jarretière par un inconnu bavouillant, devant une foule qui a trop profité du bar ouvert.

Et le massacre n'était même pas terminé.

Moi -- Et, euh... du Canada Dry, je... j'en bois jamais d'habitude, c'est juste que ce soir, euh...

Non, non, malheureuse!, me criait mon instinct millénaire de chasseresse. Ne dis rien! Ne--

Moi -- ... J'ai des problèmes de digestion.

Le commis, dégoûté -- Ça vous fera 7,75$.

Vous! Il m'avait dit vous.

Oubliées, nos promenades sans fin sur les plages de Bali, nos courses folles dans la mer, les coquillages qu'il m'aurait offerts en me lançant de timides regards d'admiration et de déférence, nos après-midis passés à nous éclabousser en riant, riant... Tout ça, mort et enterré, parce que ce jeune blanc-bec ne pouvait pas (ou ne voulait pas?) comprendre que j'avais mangé trop de crème fouettée avec les fraises, au dîner.

Je saisis mes emplettes d'un geste rageur et me dirigeai vers la sortie sans un regard en arrière. Je ne pus cependant m'empêcher, avant de claquer la porte, de lui décocher ce trait assassin:

-- Je n'en portais même pas, de jarretière, à mon mariage! Traître!

Cassé-bouché, il était, le petit. Je pense même que j'ai vu son doigt frôler le bouton-panique.

***

Père indigne -- Tu as parlé de tes problèmes de digestion??

Mère indigne -- Ouiiiii! (sniff) Et après... après... il m'a vouvoyée!

Père indigne -- Allons, allons. Je te prépare une vodka-orange, et on n'en parle plus. De toute manière, tu oublies le principal.

Mère indigne -- (sniff) Quoi?

Père indigne -- Eh, bien, tu t'es trompée dans ton calcul. Ce n'est pas huit sous que tu as épargnés, mais bel et bien QUINZE!

Mère indigne -- Mais... mais alors... Je suis une héroïne?

Père indigne -- Avec cette carte du CAA, plus rien ne pourra t'arrêter.

Mère indigne -- Oh, Chéri... Comme tu sais parler à ta femme...

Père indigne -- Qui plus est, il me vient à l'esprit une excellente suggestion: pour exorciser tout ça, on se rejoue la scène du dépanneur. Mais cette fois, c'est moi le commis...

35 comments:

La Marsouine said...

Comme quoi, si nos attentes diminuent avec l'âge, il en va de même pour nos attraits? Serait-ce une corrélation? Je mettrais un mathématicien là-dessus, carte du CAA ou pas!

Jessica said...

La carte CAA donne une ristourne en dollars qui équivaut à 2% des achats faits et qui permet d'économiser sur le renouvellement de la dite carte. Alors, si vous avez le courage d'aller affronter de nouveau une bonne centaine de fois le commis qui a déjà brûlé d'amour pour vous et qui a tenté de vous conquérir en vous faisant à croire que vous épargniez 15¢ sur les pintes de lait, et bien vous pourrez presque avoir un renouvellement de la carte CAA gratuit!!! Ouhouhou!!!! Comme ça les matantes sont contentes! ;)
En passant, j'adore vous lire!

Caroline said...

Bin non Marsouine! Pas de mathématicien! On veut PAS le savoir! ;-)

Jessica: c'est donc ça, le mystère de la carte CAA! C'est ben poche! J'ai raté mon voyage à Bali pour ça... sniff... ;-)

Akä said...

Ou de l'art de Père Indigne de s'emparer des fantasmes de Mère Indigne pour les détourner à son profit. Mille fois merci d'avoir repris la plume.

Martine said...

J'ai longtemps cru qu'en vieillissant, je verrais le vouvoiement de la part d'un homme plus jeune que moi comme une marque de respect qui allait me faire sentir à la fois mature, en confiance et sexy.

Phoque datte.

Je constate maintenant que ça veut simplement dire qu'en un seul coup d'oeil à ma petite personne, le jeune homme en question a compris que je suis dorénavant dans la catégorie des "sans intérêt" (et je ne parle pas ici de ma carte de crédit).

Les petits mignons qui me regardent avec attention et me disent quand même généreusement "tu" ont donc droit à une accumulation de points dans ma carte air miles mentale. Ça fidélise une clientèle, mettons.

Excellent billet!

Circé said...

Mouhahaha !
j'ai vraiment rigolé sur ce coup-là ! Merci beaucoup pour cette tranche de vie savoureuse ...

liz said...

JE vais dans le même sens que MArtine... avant, même si je suis encore jeune, je trouvais sa poli de vouvoyer.. maintenant.. à presque 25ans et serveuse me faire appeler MADAME.. par un jeune de 23ans... je trouve pu sa ben ben ben le fun.... j'aime pas vieillir.. j'aime mieux le tu! VIVE le tu...

Beau petit scénario.. en espérant que fille ainée de vous pogne pas :P

ophise said...

Allons bon me voici prévenue : si un jour je vais au Canada je ne croirais pas bêtement que le tutoiement est général ! Je saurai que j'ai une touche !!!! Voila qui va ravir mon coeur de quadra ! Ah, il n'est pas dans mes projets de la décennie d'aller au Canada ??? Pffff zetes pas droles.... ! (sérieux moi c'est une bonne centaine de moins de 30 ans qui me tutoient : c'est comme ça "chez nous" donc même pas de rêve...)

La mère michel said...

Hé, hé, bon post... Je pense que la journée est tout indiquée pour faire mon coming out. Le petit est couché, le chéri fait la vaisselle et je suis moi-même en trait de siroter un verre de chilien à onze piastres de la SAQ.

J'ai donné naissance il y a huit mois et des poussières à un joli petit garçon. Enceinte, j'avais découvert votre blogue et je m'en délectais. Je me tordais de rire en lisant vos billets sur - par exemple - le rhume de bébé, le sexe après l'accouchement, etc. Jusqu'à ce que donne naissance à une petite chose qui préférait hurler et rester accrochée à mon sein vingt-deux heures sur vingt-quatre plutôt que dormir. Là j'ai compris. Ce que vous écrivez et que je trouvais si drôle: ce n'était pas de la FICTION, mais bien la réalité d'une majorité de mamans... Eeeeeeeh merde!

Bref, je tiens à vous remercier de tout coeur pour m'avoir aidé à naviguer à travers les aléas du postpartum. Quand j'étais trop découragée, je lisais vos archives et ça me remontais le moral jusqu'au penthouse. Moins cher qu'un psy, moins nocifs que des antidépresseur; je vous recommande à toutes mes connaissances qui attendent un premier bébé.

scrogn said...

Onze ans de mariage après, trois "affreux" ("enfants", pour ceux qui n'en ont pas encore) après, des vergetures après et toujours des kilos en trop après, mon homme me vouvoie sans faire exprès...
...
...
Mouais, m'en vais aller voir mon dépanneur, moé !

REGOR said...

Chère Mère Indigne,

Il semblerait que votre système digestif soumis à un abus de sucre tend à provoquer chez vous des hallucinations à caractère sexuel.

Pour ma part la lecture de vos billets tend à réveiller ma fille à chaques fois !!!!Vous savez qu'une ado qui se fait réveiller en plein dans son sommeil paradoxal c'est pas drôle !!

Il faudra que je pense à fermer ma porte avant de vous lire !!!

Keren said...

Merci mère indigne, vous avez ensoleilé ma journée.

ropib said...

C'que tu devais être mignonne avec ton erreur de calcul...

Céline said...

ahah, j'ai eu un peu de mal à suivre avec les expressions mais c'était hilarant (pardon pour toi!). Au moins, y'a eu la réduction!

Simon said...

Pere Indigne est mon hero! Reussir a tirer une bonne baise de la mesaventure de sa femme, c'est super! Et un jeu de role en plus! Il a un blogue, lui? :-)

Jeanne said...

Hier soir au dépanneur:

- Vous voulez-tu un 6/49 ?

Wow, on me donne pas d'âge !

Caroline said...

Martine: c'est drôle, je ne pensais pas en écrivant le billet que l'un des thèmes de discussion serait le tu versus vous... Comme quoi mes lecteurs sont plus intelligents que moi... ;-)

mère michel: merci, et bienvenue! Pour ce qui est de votre bébé, ne vous en faites pas, ça s'améliore avec le temps... Vous retrouverez le sommeil (enfin, jusqu'à ce qu'il soit ado, à ce qu'on dit)...

regor: pfff, c'était même pas si sexuel que ça, ce billet. Courir sur la plage, hein... ;-)

simon: Père indigne est un ratoureux, mais malheureusement, il ne publie pas ses trucs...

Ficelle said...

Allo Mère Indigne,

C'est pendant que je lavais la vaisselle ,hey oui, j'ai pas de Marcel pour faire ca moi(comme Lise Dion).
C'est ma grande fille de 16 ans qui me faisait la lecture.
Audrey est très théâtral, alors elle en mettait disons.
J'ai tellement ri. Ecoute, on lis toujours ton billet à voix haute. Chacune notre tour pour pas se chicaner.
Et crois moi, lu tout-haut il y gagne en couleurs !

Continue de nous faire rire, ca nous donne un temps agréable à partager entre une mère et sa fille !

Caroline said...

Ficelle: mes salutations à vous et à Audrey! J'aimerais bien voir ce que donne du Mère indigne à l'oral; tant mieux si c'est à votre goût, en tout cas! Et bonne vaisselle... ;-)

cian said...

J'adore ton blog, j'ai voulu voter mais le prix Archambault est honteusement xénophobe, on n'a pas le droit de voter de France!!!!

Alors tout mon soutien virtuel!!!

Caroline said...

cian: pas grave! Je note le support psychologique. :-)

Mawie said...

Il me semble avoir déjà lu que les hommes atteignent leur sommet en matière de capacités sexuelles à 17 ans, et les femmes, à 30 ans. Et je me souviens avoir pensé que la vie était mal faite parce que, quand même, des femmes de 30 ans qui couchent avec des gars de 17 ans, c'est rare.

Et là, vous, MI, vous aviez une occasion en or de vérifier la théorie et vous avez tout gâché pour 15 cennes! 15 pauvres petites cennes! Bouhouhou...

Caroline said...

Mawie, rien n'est perdu!! Je jure d'entreprendre une tournée des dépanneurs, en laissant toutes mes cartes rabais à la maison, et de vous fournir un rapport complet! ;-)

Denis Thibault said...

Comment ça 'ça me draguait, j'en suis sûre!'?

Voyez-vous, c'est ça le problème avec les filles! Aussitôt qu'on s'approche, elles s'imaginent que c'est pour les draguer! Non, mais c'est vrai. Ça ne pourrait pas être, tout simplement, je ne sais pas moi, j'dis n'importe quoi, que les filles sont des êtres humains, dignes d'intérêt, comme les autres!!! Full respect. Genre.

Et que, une cause en amenant une autre... vous voyez ce que je veux dire?

Encre said...

On n'a pas su si Père indigne a su être crédible dans le rôle du commis...

Anonymous said...

Tu es pleine d'humour et d'honnêteté dans ton discours.Tu es une personne vraie et ça se voit franchement!!!

J'aimerai avoir la chance et le plaisir de te rencontrer un jour ;) J'habite Laval comme toi!!
Elyse

Caroline said...

encre: Père indigne est *toujours* crédible... ;-)

Élyse: merci!

Denis: Mais moi, c'est pleine de reconnaissance que je m'imagine les hommes en train de me draguer! C'est *ça*, le respect, pour une vieille croutonne de 36 ans! Ce texte est une ode aux dragueurs! Bon, peut-être pas tant que ça, m'enfin. On s'amuse, quoi. ;-)

Denis Thibault said...

Le désir de se faire confirmer qu'on plaît, c'est la base du 'flirt' et c'est très bon pour le moral et l'amour-propre. Bien d'accord!

Mimi said...

Voici un excellent exemple que le «flirt» ne nuit pas au mariage!!! Ben quoi!?! La suite des évènements, c'est que vous avez rejoué la scène avec votre mari, non?
Disons qu'un post comme celui-là donne le goût de se coiffer pour aller chercher du lait au dépanneur du coin... et sans ma carte CAA!!

ropib said...

"c'est pleine de reconnaissance que je m'imagine les hommes en train de me draguer"

Ben oui mais il faut pas qu'on soit découvert tout de suite !!! C'est pas du jeu. Autant une femme qui saisit rien c'est énervant, autant s'il n'y a pas un peu de négociation c'est pas rigolo: laissez-nous chercher l'affinité, le prétexte à vous donner du plaisir quoi. Enfin vous voyez...

Alméria said...

J'ai vécu une expérience similaire de vouvoiement difficile à assumer il y a bien peu de temps, alors je vois tout à fait ce que tu veux dire. Ceci étant dit, je pense que c'est psychologique, parce qu'un grand classique de drague reste tout de même "VOUS habitez chez vos parents?"
Sinon, je te lis depuis un certain temps déjà, et je voulais te dire que le concept de "mère indigne" est excellent. Tant pour remonter le moral des mères que pour casser la fausse image qu'on se fait d'elles. C'est toujours drôle, frais et agréable à lire. Merci!

Cecile Gladel said...

hahahahaha....encore les tits jeunes...Le pire c'est lorsqu'ils vous accostent en vous appelant Madame en vous vouvoyant. La on se dit qu'on à l'âge de leur mère...oups

-CaR0- said...

Ahahah! Merci de partager ce moment avec nous! J'adore!

°zabel° said...

je suis crampée !! :p

zabel dans la secte CAA itou ;)

Cristine Lachapelle said...

* Applaudissements et sifflements*