Monday, January 21, 2008

L’amour à trois, ou les alexandrins de la frustration

(Ces quelques lignes de poésie pleines de tendresse sont dédiées à Chroniques Blondes, qui nous rappelait vendredi dernier que «nos chères têtes blondes sont bel et bien notre meilleur moyen de contraception».)

***



***

Dans la maison Indigne, au lit sont les petites
Et Père indigne, l’œil vif, y va de son invite

PÈRE INDIGNE
Les filles sont couchées, sans gastro ni bronchite
Profitons du sommeil qui enfin les habite
Si tu l’oses, de l’amour, accomplissons le rite
Ma baguette magique, c’est de la dynamite

(Mais leurs premiers ébats, leur future inconduite
Sont interrompus par un virulent pruït! pruït!)

MÈRE INDIGNE
Qu’est-ce donc que ce bruit, interruption fortuite
Qui distrait mon esprit de ton bloc de granite?

PÈRE INDIGNE
Heu, parlant de baguette, c’est Bébé qui agite
Celle que tu as achetée dans un Dolloramite

MÈRE INDIGNE
Que fait-elle dans son lit, cette baguette maudite?

PÈRE INDIGNE
C’est moi qui l’y ai mise, c’est sa favorite
Mais rétrospectivement, je me traite de twit!

MÈRE INDIGNE
Ouain, si ça continue tes carottes sont cuites
Ce bruit (pruït!) mettra ma libido en faillite

PÈRE INDIGNE
Attendons dans le noir, peut-être bien que (pruït!)
Bébé s’endormira, et nous pourrons ensuite
(Pruït!) Jouer à explorer grotte et stalagmite

Les parents tendent l’oreille vers les bruits parasites
Et après quinze minutes ponctuées de pruït!
Le dodo semble enfin imposer ses limites…

PÈRE INDIGNE
Plus de pruït!, ma chérie, ne soit pas déconfite!
Bébé dort! À l’attaque! Enlève-moi cette (pruït!)
(Pruït! pruït! pruït! « Fèreuh Zak! » Pruït! « Matineuh! » Pruït, pruït!)

MÈRE INDIGNE
Range la tienne, de baguette, parce que tous ces "pruïts!"
M’ont jusqu’à enlevé le goût d’une petite vite

PÈRE INDIGNE
Je comprends, ma chérie. Que ce destin m’irrite!
J’aurai toute la nuit une crampe à la frite.

44 comments:

Valérie-Ann said...

Wow! J'ai failli réveiller les enfants à force de rire! Bravo!

(Et bonne chance pour la frite...)

La Marsouine said...

En l'absence de réussite
Que de sa main il l'agite
Ainsi, la congestion il évite
Et il n'aura qu'une tendinite

:)

ficelle said...

Que de verge, heu je veux dire que de verve.
Que de talent !
Clap clap clap !!!

Pascal said...

Je suis époustouflé, parmi ces rimes en "ite"
Vous avez réussi à ne jamais dire "bite" !

Samia said...

Oui, on s'y attendait, à "bite", et pourtant c'est jamais venu ! Bravo !

(Mes collègues pensent que je suis folle, à déclamer des alexandrins coquins en me bidonnant devant mon ordinateur.)

ropib said...

J'adore! Bis, bis !

Catioucha said...

*morte de rire*

Mazette ! Ca c'est du beau texte ! Par contre ça ne donne guère envie d'avoir des enfants... Déjà que sans enfants c'est parfois la croix et la bannière... X_x

En tout cas félicitation pour cette tirade !

Loin en Pologne said...

Digne d'un reccueil de poésie. Bravo.

La femme d'un militaire said...

voilà je rigole toute seule!

note à moi même: ne pas prendre une gorgée de café devant son ordi...

Caroline said...

Merci tout le monde, ça me fait plaisir de savoir que ça vous a fait rigoler! (sur le coup on trouvait ça moins drôle... ;-))

Et à tous ceux qui croyaient que j'utiliserais le mot "b*te", vous êtes tombés dans mon piège! ;-)

Drenka said...

TU es FOLLE

Je suis morte de frite.

justeunpeufrustree said...

Jean de la Fontaine peut aller se rhabiller :) Mère Indigne est en pruit !

Anonymous said...

Bite! Bite! Bite!
C'est de l'allemand
pour dire petite vite
et comme chacun sait
que la Belgique se targue d'une
teutone frontière du côté de la Meuse.

Caroline, mon indigne
si je suis ta muse
tu es mon pouding
et jamais nos cerveaux ne s'usent.

Bon, ça va faire les alexandrins! Go ma poule, go!

ta blonde chronique qui ne sait pas s'enregistrer un compte google. Muse et tarte.

ropib said...

@chroniqueuse (si je comprends bien)

Je me demande si ce n'est pas un peu ce qu'on demande à une tarte: d'être une muse ; ou l'inverse.

C'est le propre de l'artiste de pénétrer l'essence de la muse et de faire germer en elle ce qui fait sens et d'ailleurs sans le cuisinier pour mettre habilement sa fraise un peu partout la tarte reste un peu sèche.

Moi j'dis ça j'dis rien.

Caroline said...

Blondie: Qu'on se le dise: avec toi comme Muse, jamais pouding n'aura été si bien servi.

La vie au Max said...

En effet, il y a des bruits qui freinent toute envie!! Juste un bon "MAMAN" crié bien fort stop bien des ébats!!

Anonymous said...

Très chère Mère indigne,
Merci, merci, merci, pour cette première rigolade de la journée!

Marie-Hélène

Renardgourmande said...

Ça, c'est de l'art.....tout simplement.

denisthibault241 said...

J'ai / un / a / mour
qui / ne / veut / pas
mouuuuuuuuuuuuuuuurirrr

indigo said...

toujours un rél plaisir que de te lire... humour et talent..!

Bianca Neon said...

À indigne, indigne et demi,
Pour que libido, point ne se meurt,
Il suffit, je vous le dis,
De fermer le moniteur!

Anonymous said...

Excellent!!! :D

Natcho said...

Dommage que "Libido" ne soit pas l'une des nombreuses formules magiques inventée par J.K. Rowlings... Dans le cas qui nous occupe ici, ça aurait pu plonger instantanément les jeunes enfants dans un sommeil profond, pruït!

°zabel° said...

Je suis morte de rite ! hihihi !

ENcore une fois, merci, je vais m'endormir le sourire aux lèvres cette nuit :D

Syven said...

Faut absolument mettre le feu à cette baguette !

zaza said...

j'attend avec impatience les vers en "ette"!! encore bravo Mère Indigne!

Gaëlle said...

C'est drôle en câlibitte! :-)

liz said...

Moi qui pensais que ce n'étais que fabulation.. et non... c'est arrivé... dire à père indigne que mettre un jouet avec 1 enfant pour le dodo = mauvais idées!!

Trop drole... je me marre!

XxX

souimi said...

Que c'est drôle!

Encore! Encore!

martine said...

jadore... jamais je naurait cru la poesie sur divertissente!!!

a quand le 2 eme! un rapel!!!

Anonymous said...

trop drôle mere indigne
C'est tellement vrai en plus!!!!Tu es une femme pleine de talent et je suis certaine que tu es une mère merveilleuse
Elyse

Chocolyane said...

J'me peux plus... Oumph.

JAime said...

Alors là je suis écroulée, c'est tellement bon que je vais m'en refaire une petite lecture tous les matins de la semaine à venir, ça va me mettre de bonne humeur pour la journée !!! Merci merci merci mère indigne !

joblo said...

Ça valait la peine d'attendre jeudi, fin de rush, pour lire ça! J'ai la frite, tiens!

Kinishao said...

Ce petit épitre a fort sollicité mes zygomatiques !

Daniel Rondeau said...

Le commentaire de Samia résume bien le tout:
La bite n'est jamais venue!

Personne n'est déçu, bien au contraire
Si ce n'est d'Indigne, le père.

Geneviève (generic) said...

Pouahahaha!!

Pliez en deux, j'ai une crampe!!!
Merci!!!!

Dnadryad said...

Mouahahahaha ;o)

Nathalie said...

Hilarant et pour une fois la poésie me touche complètement, je me sens totalement comprise. Ah les enfants ;)

Une femme libre said...

C'est votre meilleur billet! Mais je dis ça à chacun et vous arrivez toujours à vous surpasser. Il y en aura d'autres car la vie de famille est un thème inépuisable. Hilarant!

Sister of Night said...

Très périlleux exercice, pourtant bien maîtrisé. Je me suis bien marré et ça sent vraiment le vécu.
Les câlins deviennent un sport à haut risque quand des gamins rôdent.

Chapeau aussi à la Marsouine qui fini admirablement l'article.

COCO CATHEY said...

Une crampe à la frite!!!

C'est à gorge déployée que je m'esclaffe. Fortiche!

Piperata puella said...

hahahahahahahahahahhahahahahahahahahahahahahahahahahahahahahaaaaa!!!!!

Sister of Nigh said...

Oh ! Il est bizarre ton sex-toy ?!?! Il clignote peut-être quand tu touche le point G...

Serait-il la panacée à la braguette magique ?