Tuesday, May 22, 2007

Ma vie en dégueulirama

Prenons, si vous le voulez bien, quelques instants afin de nous écrier, tous ensemble, à l'instar de Dominique Michel: Y'a des moments si merveilleux! Car la vie nous réserve de si jolies surprises, surtout en compagnie de nos amis les enfants.

J'étais en train de préparer le souper. Rien de sanglant, rassurez-vous. Aucun légume n'était sacrifié sur l'autel de la soupe cathartique. Quelques olives venues expressément de la région de Kalamata, à l'Est de Rimouski (ou à l'Ouest, dépendamment du point de vue), eurent bien la surprise de voir leur chair malmenée par un couteau à la lame acérée; la sauce tomate a de ces exigences auxquelles nulle mortelle ne peut surseoir, surtout quand elle manque d'ingrédients intéressants.

Bref, de la moitié supérieure de mon corps, je préparais le souper, alors que la moitié inférieure, elle, s'affairait à tenir Bébé occupée. Plus précisément, Bébé jouait au souc à la corde avec ma jupe. Moi, je ne me serais pas laissée faire, mais ma jupe, elle, se laissait manipuler avec une complaisance hardie. La salope.

Inévitablement, vint le moment où Bébé découvrit que le dessous ma jupe constituait une excellente cachette. Elle s'y engouffra avec un plaisir manifeste. C'est alors que ma fesse gauche envoya à mon cerveau un signal d'alerte: quelque chose de mouillé, et de probablement visqueux, venait de s'y frotter. Et un autre endroit de mon cerveau se mit de la partie pour me rappeler que, deux minutes plus tôt, je n'avais pas cru bon de moucher Bébé pour la millième fois, afin d'éviter de l'entendre hurler pour la neuf cent quatre-vingt-dix-neuvième fois.

Les plus aguerris d'entre vous ont déjà compris: je me retrouvais, pour la première fois de ma vie, dans la fâcheuse position d'avoir de la morve au derrière.

La marche à suivre était claire. Je m'essuyai avec ma jupe, continuai à préparer le repas et espérai que je n'oublierais pas de prendre une douche avant de dormir.

Les enfants et nous. Y'a des moments si morveilleux.

25 comments:

Natcho said...

Le rire suinte de partout dans ce texte... délicieux malgré tout!

peccadilles said...

Mouahahahache !

Renée-Claude said...

Par ici aussi ça morve... je sympathise.
Très bon effet ce billet ! :0)

°zabel° said...

je me serais (pas) passée de cette pseudo-télépathie aujourd'hui qui m'a fait spécialement cliquer sur le lien de l'off alors que je n'y étais pas venue depuis un bon bout... trop dégueuuuuuuuu ! :0

Comme dit si bien pecadilles...

Mouahahahahahaaaaache !!

Jeune Homme said...

ON EST CONNECTÉS !
Je viens voir ici et POUF, ya un texte.
Si ça c'est pas un lien profond, j'sais ben pas s'ke c'est !

AndrosMeister said...

Rafraîchissant !

André.

Shalima said...

Hihihi, tellement drôle, malgré tout !! ^_^

Martine la banlieusarde said...

Imagine si, en plus, tu étais enceinte... la mienne ne se contente pas de jouer sous mes jupes (je n'ai pas encore eu droit à la morve, mais j'ai une saprée belle collection d'autocollants sur les cuisses, par moment), mais elle profite bassement que je porte des pantalons et des jupes de grossesse à taille élastique pour les tirer vers elle dans les moments les moins opportuns! Genre pendant que je paie à la caisse devant une loooooongue file?

Mère indigne said...

Ah ben! Allô tout le monde! Moi qui croyait que personne ne passait plus par ici... :-)

Cinnamon said...

C'est si joliment amené... poétique et délicat !
j'adore...

TT02 said...

Rholala, c'est dégueulasse.

Sophie said...

Ah ces petits anges...
Gluant mais crampant :)

folle à lier, voire attachante (hé,hé) said...

Tout ce qui brille n'est pas or...

Tout ce qui est visqueux est, par contre, probablement dégeu (et s'essuie sans doute sans aucun problème avec une jupe!héhé... merci pour les cours 101 d'essuyage de sécrétions nasales sans mouchoir!)

C'était sensass à lire!!!

Aileen said...

Merci pour la coulée de maquillage !
Du soleil et du rire, belle journée en perspective !

Scrogn said...

J'ai plus infect en magasin...
Un matin, après m'être occupée des affreux estomacs voraces, je me suis dit qu'il était temps de me montrer bassement égoiste et de penser un peu à moi... Ou plutôt à ma vessie qui me lançait des appels de détresse depuis un sacré bout de temps. Aussi me précipitais-je, au bord de l'implosion, vers ce doux lieu qui nous donne l'impression dingue de revivre enfin : la salle de bain.
"Vite, vite, me disais-je, je n'en peux pluuuuuus ! "
La vie est souvent cruelle, mais là, elle fut inhumaine. Car mes yeux épouvantés ont découvert un spectacle apocalyptique...
Le bol de toilette était atrocement badigeonné d'une matière brunâtre et malodorante.
Un grand moment de solitude... Remarquez, vu l'endroit, valait mieux.

Mère indigne said...

scrogn, merci. C'est toujours rassurant de voir qu'il existe pire que les miens... ;-)

aigle blanche said...

C'est pour cela qu'on dit "des p'tits morveux"???

HAHAHAH!! J'ai bien rigolé là... Et j'en avais bien besoin!!

JMartyne said...

Je peux me permettre de ramener Eugénie, mon amie ?
Je la vois bien, dans la même position, mais en train de tirer sur le petit cordon du tampon de sa maman...
Ah, et pis ouach.
Cela dit, ça vous fait une nouvelle expression pour repousser père indigne : "Pas ce soir, j'ai d'la morve au c..."
:-)

Mariée Obligée said...

Ah Mère Indigne, je n'osais plus rien espérer de vous avant 6 ou 12 mois. Comme je suis heureuse de vous lire.
Encore une fois, c'est une réussite.

Michelle et Noah said...

j'me disais bien que t'étais pas partie bin loin ;)

en tout cas, c'est chou, on en redemande, ça s'rait presque poétique tout ça!

à bientôt!!!

MissMu said...

Je me disais... "eh si sur le Off, y avait un p'tit kèk chose à s'mettre sous la dent ?" je n'ai pas été déçue !! En un peu moins dégueu, j'ai vécu un grand moment en reniflant le doudou (mon paréo préféré) mouillé de BB... Mais pourquoi était-il mouillé ? Heu... BB m'a donné la réponse en me montrant la couche qui était tombée dans le fond d'une des jambes du pyjama ! Le doudou était attaché autour de sa taille et avait pu ainsi éponger un gros pipi ! Youpi, la moquette avait été épargnée ;-)

soph'ici said...

Morvalleiux a souhait! merci , je me sens moins seule quand j'arrive au boulot avec des trainees blanchatres aux epaules sur mon T-shirt noir... merci ;)

Latté à la vanille said...

2 mots :

Délicieusement dégueux !

Mère névrosée said...

Mère indigne, quelle joie de retrouver un petit billet de votre griffe.

La morve, on en a eu pour notre argent ici...je ne savais pas que j'étais aussi riche!!!!!hahaha Mais par chance, ça fini par partir!!!

Comment va la thèse?

MN

Géraldine said...

J'ai lu cet article il y a deux jours en rigolant bien. Et puis hier, mon loulou enrhumé qui était dans mes bras me regarde, vise et frotte délicatement son nez tout morveux sur mon tee-shirt ! Lecture prémonitoire ?!!