Friday, March 06, 2009

Toujours plus bas, toujours plus loin

Fille Aînée -- Maman, qu'est-ce qu'ils t'ont posé comme questions, hier soir, à l'émission?

Moi -- Ben, ils m'ont demandé c'était quoi la différence entre Mère indigne et Caroline Allard...

Fille Aînée -- Je sais! La différence, c'est que Mère indigne est un peu plus une mauvaise mère que toi.

Je savais que j'aurais dû l'emmener pour me souffler les réponses.

24 comments:

NadLap said...

Toujours le mot juste, cette Fille Aînée! ;)

Évangéline said...

Géniale cette Fille Ainée! Je l'adore!

Venise said...

Elle nous en bouche un coin ! Cela doit être un continuel dépassement être la maman d'une telle jeune fille.

Farfelue !? said...

huhu, J'adore = )

Renée-Claude said...

Très mignon ! :0)

Olivier said...

Tes prestations à la télé pour parler de ton blogue génèrent des situations cocasses que tu racontes sur ton blogue... tu es entrée dans l'"infinite blog loop"! ;)

Patrick Dion said...

Mais Mère Indigne est TELLEMENT plus cool!

ropib said...

Mouaip...
Je rentre dans le débat hein, comme d'habitude.

Je ne connais pas Caroline Allard alors je ne peux pas proposer une différence définitive comme Fille Aînée. Mais je ne peux pas la laisser sous-entendre que Mère Indigne est une mauvaise mère. Je pense même que l'indignité est bon signe. Car de quoi s'agit-il finalement ? Il s'agit de refuser de considérer les normes comme obligatoires et forcément bonnes à suivre. Alors le mot "mauvaise" de Fille Aînée introduit la morale qui a une dimension normative, certes. Mais la famille se construit normalement en partie contre le reste de la société (en concurrence au minimum), il s'agit de la frontière entre espaces privé et public. Mais nous vivons une dynamique de transparence qui redéfinit ces espaces, et le web en est justement la preuve. L'irruption du privé dans le public redéfinit la morale publique en même temps que celle-ci fait irruption dans l'espace privé.

Finalement vous êtes d'abord plus cruelle qu'indigne quand on y regarde de plus prêt. Il faut choisir entre la cruauté de laisser Fille Aînée croire au père Noël et la cruauté de lui expliquer qu'il n'existe pas. La dignité habituelle ce serait peut-être de préférer la seconde pour favoriser la mondanité à l'interiorité, mais est-ce bien moral ? L'ancienne morale interdisait plutôt la mondanité à l'enfant, la nouvelle morale c'est de devoir composer avec le monde et une réalité non acquise. La première cruauté c'est de donner les outils nécessaires à la négociation du monde réel à Fille Aînée en fonction de son âge, de sa maturité, de ses capacités en fait, tout en proposant un espace de protection adapté.

Votre indignité aparaît de manière secondaire, en acceptant une partie de la transparence tout en en refusant une autre explicitement. De cette façon vous proposez une critique indirecte de la morale habituelle mais non sans en proposer une autre. Dans cette dernière vous assumez notamment la faiblesse de l'homme, ce qui est indigne selon les anciennes tables des valeurs (je suis post-Nietzschéen, comme Jean-Claude Vandamme) mais vous montrez qu'il est nécessaire de les briser: vous n'avez pas à faire avec des chameaux ou des lions mais avec des enfants. La structure générationnelle n'est pas la même que celle de la collaboration (en considérant qu'aujoud'hui l'intégration dans les sociétés occidentales passent encore par le travail).

Voilà ce que j'en dis. Mais je suis pas trop réveillé et je suis en train de subir un débat de vieux à la radio dans une émission de philo. Alors je sais pas trop si a a un sens.

garamond335 said...

Est-ce que Fille Ainée collabore à l'écriture de ce blog ?
Des fois, on dirait que oui....

Caroline said...

ropib: impressionnant! Votre analyse de la cruauté est très intéressante, faudra en rediscuter à Paris dans quelques jours. :)

Pat Dion: C'est comme la différence entre Patrick Dion et les chips croustillantes? ;-)

garamond: et je ne la paye même pas!

Olivier: le grand tourbillon de la vie... virtuelle... ;-)

Venise: j'ai la chance d'avoir des enfants qui provoquent les réflexions -- mais je crois qu'ils sont tous comme ça! :-)

NadLap, RC, Évangéline et Farfelue: Merci, je lui transmets vos bons mots! :-)

La Belle said...

C'est fou comme les enfants peuvent toujours avoir les mots juste ;-P Mignon comme tout !

Natalie Gauthier said...

Trop cute!
Vraiment hâte d'écouter TLMEP

Denis T. said...

Avec des zinfins si fins, j'ai peine à croire que la mère soit si "mauvaise" que ça...!

Dodinette said...

la différence entre Mère indigne et Caroline Allard c'est que Père indigne est au moins aussi drôle... ;)
(comment ça n'a aucun rapport ???)

Isabelle said...

Mais, est-ce que Mère Indigne aimerait ressembler à Caroline Allard, ou, est-ce que Caroline Allard souhaiterait parfois ressembler à Mère Indigne? ;-)

nonolerobot said...

maintenant fais du chantage à éditeur indigne : tu emmènes fille ainée avec toi à l'avenir sinon pas de promotion!

Morenita said...

Ah magnifique! Moi j'adore quand mes enfants me font l'immense compliment de me dire que je suis la mère la plus folle de la rue. ;-)

Quel délice pour les oreilles!

un gars said...

Je trouve triste qu'une fille ait une mère indigne.

Caroline said...

un gars: ça dépend ce qu'on entend par indigne... ;-)

Anonymous said...

Cette chronique est super rafraichisante et deculpapilisante !

Jenny said...

Bonjour!
Oui, j'ai écouté "Tout l'monde en parle" et j'ai été séduite. Moi-même mère (indigne en devenir) d'un garçon de 4 ans et d'une fillette de 6 mois, j'ai été séduite par le concept. Qu'ai-je fait?? J'ai vite courru acheter les 2 tomes (plus un autre tome #1 pour une copine, puis j'ai jointe mes amies mères "Facebook", avec qui je me défoulais, à faire de même. J'ai commencé la lecture, j'en suis à la page 116! Quelle délice!! C'est du baume pour le coeur! C'est comme mangé du Nutella à la cuillère, on sait que c'est pas correct, mais maudit que c'est bon pour le morale!!!
Enfin, j'espère avoir le temps (du temps, "quossé" ça?! Ça s'achète-tu??) de lire votre blogue!
Continuez dans votre indignité, c'est tellement réconfortant! Merci, merci, merci!!

ropib said...

Je suis triste parce que je pourrai pas être à Paris pour vous rencontrer. J'ai essayé jusqu'au dernier moment de me libérer... impossible. C'est nul.
Je vous souhaite de vous amuser au salon du livre et de profiter un peu de la ville.
Et un jour peut-être j'arriverai à vous serrer la main. Et grâce à ce délai je pourrai plus préparer mon examen sur la cruauté.

Caroline said...

Ropib, ça c'est dommage!

maryvonne said...

Et oui, les enfants nous épatent et nous ouvrent aussi les yeux et le coeur avec leurs réflexions par si innocentes que ça...
Je vais essayer de lire les livres, voir si je suis aussi une mère indigne...indigne de quoi, digne de quoi ? Moi-même je suis une mère de 4 enfants, 4 beaux ados de 12 à 13 ans et demi (dont des triplés)...et je commence à essayer de ne plus me sentir QUE mère mais aussi femme, parce que je le vaux bien !!!!